Au moins un tiers des femmes dans le monde souffrent d’une perte de cheveux à un moment de leur vie. Chez les femmes ménopausées, au moins deux tiers d’entre elles souffrent d’un éclaircissement des cheveux.

La perte de cheveux chez les femmes a souvent un impact plus important que la perte de cheveux chez les hommes, car socialement parlant, l’alopécie féminine n’est pas facilement acceptée.

Qu’est-ce que l’alopécie androgénétique ?

La plupart des femmes finissent par développer un certain degré de perte de cheveux . Cela peut commencer n’importe quand après le début de la puberté, mais les femmes ont souvent tendance à le remarquer pour la première fois autour de la ménopause, lorsque la perte de cheveux augmente généralement.

grade-alopecie-androgenique

Grade alopécie androgénique

Le risque d’avoir une alopécie androgénique varie avec l’âge. Il est d’autant plus important chez les personnes qui ont des antécédents d’alopécie dans la lignée d’un des parents.

La maladie peut résulter d’une affection endocrinienne sous-jacente, telle qu’une surproduction d’androgènes ou une tumeur sécrétant des androgènes sur l’ovaire, l’hypophyse ou la glande surrénale.

Dans les deux cas, l’alopécie est probablement liée à une activité androgène accrue. Mais contrairement à l’alopécie androgénétique chez les hommes, chez les femmes, le rôle précis des androgènes est plus difficile à déterminer.

Si une tumeur sécrétant des androgènes est impliquée, il est important de mesurer les niveaux d’androgènes chez les femmes présentant une perte de cheveux claire.

Chez la femme comme chez l’homme, la perte de cheveux due à l’alopécie androgénétique peut être la cause d’un raccourcissement génétiquement déterminé de l’anagène, de la phase de croissance d’un cheveu ou d’un allongement du temps entre la chute d’un cheveu et le début d’une nouvelle phase anagène.

Cela signifie qu’il faut plus de temps pour que les cheveux commencent à repousser après leur chute au cours du cycle de croissance normal. Le follicule pileux lui-même change également, rétrécissant et produisant une tige pilaire plus courte et plus fine. En conséquence, les poils plus épais, pigmentés et à durée de vie plus longue sont remplacés par des poils plus courts, plus fins et non pigmentés appelés Vellus.

Comment corriger une calvitie androgénique ?

Oestrogène exogène

Dans le passé, les œstrogènes exogènes étaient utilisés pour traiter l’alopécie androgénétique. Ce traitement est moins souvent utilisé maintenant, car le minoxidil est plus efficace. Chez les femmes fertiles atteintes d’alopécie androgénétique qui demandent une contraception orale, il est important de choisir une pilule contenant le moins de progestatifs androgènes, comme le norgestimate.

Spironolactone (Aldactone)

Ce médicament est un faible inhibiteur compétitif de la liaison des androgènes aux récepteurs des androgènes. Il diminue également la synthèse de testostérone. Pour ces raisons, la spironolactone administrée par voie orale a été essayée dans le traitement de l’alopécie androgénétique, bien que des questions subsistent quant à son utilité. La spironolactone est cependant bénéfique chez les femmes qui souffrent également d’hirsuitisme.

Finastéride (Proscar)

Cet agent s’est avéré efficace chez les hommes souffrant d’alopécie. Cependant, le finastéride ne doit pas être utilisé chez les femmes en âge de procréer, car les inhibiteurs de la 5α-réductase peuvent provoquer des anomalies des organes génitaux externes au fœtus masculin.

Minoxidil

La solution topique de minoxidil a été le premier des traitements approuvés pour l’alopécie androgénique et à être mis sur le marché. Ce produit a d’abord été utilisé sous forme orale pour le traitement de l’hypertension.

Le minoxidil est utile chez les hommes souffrant d’alopécie frontale ou de vertex ou d’amincissement des cheveux. La croissance n’est pas due à la formation de nouveaux cheveux, mais à la transformation des cheveux existants de follicules pileux miniaturisés en cheveux terminaux. Après ce point, il y a stabilisation des cheveux qui ont poussé.

Thérapie au laser à faible intensité

La thérapie au laser de faible intensité a également été utilisée pour le traitement de l’alopécie androgénétique. Il semble que les lasers puissent stimuler la croissance des cheveux à certaines longueurs d’onde ; toutefois, le mécanisme de cette action n’a pas été déterminé. Il existe plusieurs appareils de thérapie au laser, dont un peigne, une cagoule et un casque qui se fixe sur la tête.

Microneedling

Le microneedling a gagné en popularité et s’est avéré bénéfique pour stimuler la repousse des cheveux dans le cas de l’alopécie. Utilisé auparavant à des fins esthétiques, il est désormais utilisé pour améliorer l’administration topique de médicaments. Le microneedling utilise plusieurs aiguilles fines, généralement fixées à un rouleau, pour créer de minuscules perforations dans la peau qui stimulent la néovascularisation, libèrent des facteurs de croissance et favorisent l’expression des protéines Wnt. La croissance des cheveux résulte de la libération de certains facteurs de croissance et de l’activation du bulbe pileux, et il a été constaté que les protéines Wnt stimulent les cellules souches des papilles dermiques, ce qui entraîne la croissance des cheveux. Le microneedling est généralement utilisé en conjonction avec une thérapie topique telle que le Minoxidil et il a été utilisé avec le PRP.

La greffe des cheveux

La transplantation de cheveux est une option thérapeutique couramment utilisée pour traitement l’alopécie androgénétique. L’efficacité de ce traitement varie en raison des différences de techniques (FUE, DHI, FUT…) et des compétences du chirurgien.

Dans la transplantation de cheveux, les follicules pileux sont prélevés dans les zones du cuir chevelu qui résistent aux androgènes et transplantés dans les zones qui dépendent des androgènes.

Les résultats sont généralement visibles dans les 6 à 8 mois suivant la transplantation, et l’utilisation d’agents pharmacologiques tels que le Minoxidil peut être nécessaire pour prévenir la progression de l’affection.