Les reins sont des organes dont la fonction est essentielle au maintien de la vie. La plupart des gens naissent avec deux reins, situés de chaque côté de la colonne vertébrale, derrière les organes abdominaux et sous la cage thoracique. Les reins remplissent plusieurs fonctions importantes pour maintenir le corps en bonne santé :

  • La filtration du sang pour éliminer les déchets provenant des fonctions normales de l’organisme, l’évacuation des déchets de l’organisme sous forme d’urine, et le retour de l’eau et des substances chimiques dans l’organisme si nécessaire.
  • Régulation de la pression sanguine par la libération de plusieurs hormones.
  • Stimulation de la production de globules rouges par la libération de l’hormone érythropoïétine.

L’anatomie normale des reins comprend deux organes en forme de haricot rénal qui produisent de l’urine. L’urine est ensuite transportée vers la vessie par les uretères. La vessie sert d’entrepôt pour l’urine. Lorsque le corps sent que la vessie est pleine, l’urine est évacuée de la vessie par l’urètre.

greffe-reins-turquie

Anatomie des Reins

Les maladies rénales

Lorsque les reins cessent de fonctionner, une insuffisance rénale se produit. Si cette insuffisance rénale se poursuit (de manière chronique), il en résulte une insuffisance rénale terminale, avec accumulation de déchets toxiques dans l’organisme. Dans ce cas, une dialyse ou une transplantation est nécessaire.

Causes courantes de l’insuffisance rénale

  • Diabète sucré
  • Hypertension artérielle
  • Glomérulonéphrite
  • Maladie polykystique des reins
  • Problèmes anatomiques graves de l’appareil urinaire

Pourquoi greffe de reins en Turquie ?

En 1978 a eu lieu la première greffe rénale à partir d’un donneur décédé. Depuis lors, elle s’est beaucoup développée. Un patient doit opter pour une transplantation rénale en cas d’insuffisance rénale. Auparavant, la transplantation rénale se heurtait à de nombreux obstacles, car le corps rejetait souvent l’organe du donneur, en l’occurrence un rein.

En Turquie, toute personne âgée de 18 ans ou plus est autorisée à faire don de son rein volontairement. Avec le temps, le nombre de donneurs augmente très rapidement en Turquie. Il y a donc de grandes chances que vous puissiez trouver un rein que votre corps ne rejettera pas facilement en Turquie.

Taux de réussite des greffes de reins en Turquie et dans le monde

Le taux de réussite d’une greffe des reins en Turquie varie selon que l’organe donné provient d’un donneur vivant ou d’un donneur décédé, ainsi que selon la situation médicale du receveur.

Les reins provenant de donneurs vivants durent généralement plus longtemps. La plupart des pertes de reins sont dues à un rejet, mais les infections, les problèmes de circulation, le cancer et le retour de la maladie rénale d’origine peuvent également entraîner une perte de reins.

Turquie : Prix greffe reins plus abordables par rapport à d’autres destinations

Le coût d’une transplantation rénale en Turquie commence généralement à partir de 17 000 €. De nombreux facteurs doivent être pris en compte, comme les compétences et l’expérience du chirurgien qui effectue la transplantation, le coût des médicaments et les divers frais hospitaliers.

D’autres éléments qui influencent le prix de la greffe de reins en Turquie sont la vitesse à laquelle le patient se rétablit, car si le patient se rétablit rapidement, de nombreux frais d’hospitalisation peuvent être évités. De même, si la vérification de la compatibilité est effectuée avant la transplantation en testant les échantillons de sang du donneur et du receveur, on peut également économiser de l’argent dans une large mesure, car si l’organe n’est pas compatible, le corps rejettera l’organe, ce qui signifie que le receveur doit trouver un autre donneur d’organes.

DestinationsPrix greffe de reins
Australie             A partir de 44 000 €
États-UnisA partir de 100 000 €
Royaume-UniA partir de 48 000 €
TurquieA partir de 17 000 €

Contacter notre service greffe d’organes en Turquie, nos experts vous apporteront davantage sur la greffe rénale et les étapes à suivre.

Je Suis Intéressé(e)

 

Processus d’évaluation de la transplantation

Les traitements de l’insuffisance rénale en phase terminale sont l’hémodialyse, un procédé mécanique qui consiste à débarrasser le sang des déchets, la dialyse péritonéale, qui consiste à éliminer les déchets en faisant passer des solutions chimiques dans la cavité abdominale, et la transplantation rénale.

Cependant, si aucun de ces traitements ne permet de guérir l’insuffisance rénale, la transplantation offre ce qui se rapproche le plus d’une vie normale, car le rein transplanté peut remplacer les reins défaillants. Cependant, elle implique également une dépendance à vie à des médicaments pour maintenir le nouveau rein en bonne santé. Certains de ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires graves.

Les reins destinés à la transplantation proviennent de deux sources différentes : un donneur vivant ou un donneur décédé.

Certains malades du rein envisagent une greffe après avoir commencé la dialyse, d’autres l’envisagent avant de commencer la dialyse. Dans certaines circonstances, les patients sous dialyse qui présentent également des problèmes médicaux graves, tels qu’un cancer ou des infections actives, peuvent ne pas être des candidats appropriés pour une transplantation rénale.

Greffe rénale avec donneur vivant

Il arrive que des membres de la famille, notamment des frères, des sœurs, des parents, des enfants (âgés de 18 ans ou plus), des oncles, des tantes, des cousins, ou encore un conjoint ou un ami proche, souhaitent faire don d’un rein. Cette personne est appelée “donneur vivant”. Le donneur doit être en excellente santé, bien informé sur la transplantation et capable de donner son consentement éclairé. Toute personne en bonne santé peut donner un rein en toute sécurité.

Greffe rénale avec donneur décédé

Le rein d’un donneur décédé provient d’une personne en état de mort cérébrale. La loi uniforme sur les dons anatomiques permet à toute personne de consentir au don d’organes en vue d’une transplantation au moment de son décès et permet également aux familles de donner cette autorisation. Une fois l’autorisation de don accordée, les reins sont prélevés et conservés jusqu’à ce qu’un receveur ait été sélectionné.

Comment se déroule la greffe des reins en Turquie et quelles les étapes à franchir ?

Quel que soit le type de transplantation rénale – donneur vivant ou donneur décédé – des analyses sanguines spéciales sont nécessaires pour déterminer le type de sang et de tissus présents. Les résultats de ces tests permettent d’apparier le rein du donneur à celui du receveur.

Analyse du groupe sanguin

Le premier test permet de déterminer le groupe sanguin. Il existe quatre groupes sanguins : A, B, AB et O. Tout le monde appartient à l’un de ces groupes héréditaires. Le receveur et le donneur doivent avoir le même groupe sanguin ou des groupes compatibles, à moins qu’ils ne participent à un programme spécial autorisant le don de sang de groupes différents. La liste ci-dessous indique les groupes compatibles :

  • Si le groupe sanguin du receveur est A, le groupe sanguin du donneur doit être A ou O.
  • Si le groupe sanguin du receveur est B, le groupe sanguin du donneur doit être B ou O.
  • Si le groupe sanguin du receveur est O Le groupe sanguin du donneur doit être O.
  • Si le groupe sanguin du receveur est AB Le groupe sanguin du donneur peut être A, B, AB ou O.

Le groupe sanguin AB est le plus facile à apparier car cette personne accepte tous les autres groupes sanguins.

Le groupe sanguin O est le plus difficile à apparier. Bien que les personnes du groupe sanguin O puissent donner à tous les groupes, elles ne peuvent recevoir de reins que de donneurs du groupe sanguin O. Par exemple, si un patient du groupe sanguin O recevait un rein d’un donneur du groupe sanguin A, le corps reconnaîtrait le rein du donneur comme étranger et le détruirait.

Le typage tissulaire

Appelé typage tissulaire, le deuxième test est un test sanguin pour les antigènes leucocytaires humains (HLA). Les antigènes sont des marqueurs présents sur de nombreuses cellules de l’organisme qui distinguent chaque individu comme étant unique. Ces marqueurs sont hérités des parents. Le typage tissulaire est effectué au cours du processus d’évaluation, tant pour les receveurs que pour les donneurs potentiels.

Recevoir un rein dont les marqueurs du receveur et ceux du donneur sont identiques est un rein “parfaitement compatible”. Les greffons parfaitement compatibles ont les meilleures chances de fonctionner pendant de nombreuses années. La plupart des greffes de rein parfaitement compatibles proviennent de frères et sœurs.

Bien que le typage tissulaire soit effectué malgré une correspondance HLA partielle ou absente avec un certain degré de “mismatch” entre le receveur et le donneur.

Cross match

Tout au long de la vie, le corps fabrique des substances appelées anticorps qui agissent pour détruire les matières étrangères. Les individus peuvent fabriquer des anticorps à chaque fois qu’il y a une infection, lors d’une grossesse, lors d’une transfusion sanguine ou lors d’une transplantation rénale. En présence d’anticorps dirigés contre le rein du donneur, l’organisme peut détruire le rein. C’est pourquoi, lorsqu’un rein de donneur est disponible, un test appelé “crossmatch” est effectué pour s’assurer que le receveur n’a pas d’anticorps préformés contre le donneur.

Le test de compatibilité croisée est effectué en mélangeant le sang du receveur avec des cellules du donneur. Si le test de compatibilité croisée est positif, cela signifie qu’il existe des anticorps contre le donneur. Le receveur ne doit pas recevoir ce rein particulier, à moins qu’un traitement spécial ne soit effectué avant la transplantation pour réduire les niveaux d’anticorps. Si le test de compatibilité croisée est négatif, cela signifie que le receveur n’a pas d’anticorps contre le donneur et qu’il peut recevoir ce rein.

Les tests de compatibilité croisée sont effectués plusieurs fois au cours de la préparation d’une transplantation à partir d’un donneur vivant, et un dernier test de compatibilité croisée est effectué dans les 48 heures précédant ce type de transplantation.

Sérologie

Des tests sont également effectués pour détecter des virus, tels que le VIH (virus de l’immunodéficience humaine), l’hépatite et le CMV (cytomégalovirus), afin de choisir les médicaments préventifs appropriés après la transplantation. Ces virus sont vérifiés chez tout donneur potentiel afin d’éviter de transmettre la maladie au receveur.

Phases de la transplantation

1-Période pré-transplantation

Cette période correspond à la période pendant laquelle un patient est inscrit sur la liste d’attente des donneurs décédés ou avant la fin de l’évaluation d’un donneur vivant potentiel. Le receveur subit des tests pour s’assurer de la sécurité de l’opération et de sa capacité à tolérer les médicaments anti-rejet nécessaires après la transplantation. Le type de tests varie selon l’âge, le sexe, la cause de la maladie rénale et les autres conditions médicales concomitantes. Ils peuvent inclure, mais ne sont pas limités à :

  • Maintien de la santé générale : tests de laboratoire du métabolisme général, études de la coagulation, numération globulaire complète, coloscopie, frottis et mammographie (femmes) et prostate (hommes).
  • Évaluation cardiovasculaire : électrocardiogramme, épreuve d’effort, échocardiogramme, cathétérisme cardiaque.
  • Évaluation pulmonaire : radiographie pulmonaire, spirométrie.

Raisons potentielles d’exclusion d’un transplanté

  • Maladie cardiovasculaire non corrigible
  • Antécédents de cancer métastatique ou de chimiothérapie en cours
  • Infections systémiques actives
  • Maladie psychiatrique incontrôlable
  • Toxicomanie actuelle
  • Déficience neurologique actuelle avec troubles cognitifs importants et absence de décideur de substitution.

2-Chirurgie de transplantation de rein

La chirurgie de greffe rénale est effectuée sous anesthésie générale. L’opération dure généralement de 2 à 4 heures. Ce type d’opération est une transplantation hétérotopique, ce qui signifie que le rein est placé à un endroit différent de celui des reins existants. (Les greffes de foie et de cœur sont des greffes orthotopiques, dans lesquelles l’organe malade est retiré et l’organe greffé est placé au même endroit). La greffe de rein est placée dans la partie avant (antérieure) de l’abdomen inférieur, dans le bassin.

Les reins d’origine ne sont généralement pas enlevés, sauf s’ils causent de graves problèmes tels qu’une hypertension artérielle incontrôlable, des infections rénales fréquentes ou une forte augmentation de volume. L’artère qui achemine le sang vers le rein et la veine qui évacue le sang sont reliées chirurgicalement à l’artère et à la veine déjà présentes dans le bassin du receveur. L’uretère, ou tube, qui transporte l’urine du rein est relié à la vessie. La convalescence à l’hôpital dure généralement de 3 à 7 jours.

Des complications peuvent survenir lors de toute intervention chirurgicale. Les complications suivantes ne se produisent pas souvent mais peuvent inclure :

  • Saignement, infection ou problèmes de cicatrisation de la plaie.
  • Difficulté de circulation du sang vers le rein ou problème d’écoulement de l’urine depuis le rein.

Ces complications peuvent nécessiter une autre opération pour les corriger.

3-Période post-transplantation

La période post-greffe nécessite une surveillance étroite de la fonction rénale, des signes précoces de rejet, des ajustements des différents médicaments et une vigilance quant à l’incidence accrue des effets liés à l’immunosuppression, tels que les infections et le cancer.

Tout comme l’organisme combat les bactéries et les virus (germes) qui causent des maladies, il peut également combattre l’organe transplanté, car il s’agit d’un “corps étranger”. Lorsque l’organisme combat le rein transplanté, il y a rejet.

Le rejet est un effet secondaire attendu de la transplantation et jusqu’à 30 % des personnes qui reçoivent une greffe de rein subiront un certain degré de rejet. La plupart des rejets se produisent dans les six mois suivant la transplantation, mais ils peuvent survenir à tout moment, même des années plus tard. Un traitement rapide peut inverser le rejet dans la plupart des cas.

Médicaments anti-rejet

Les médicaments anti-rejet, également appelés agents immunosuppresseurs, aident à prévenir et à traiter le rejet. Ils sont nécessaires pendant toute la “durée de vie” de la greffe. Si ces médicaments sont arrêtés, un rejet peut se produire et la transplantation rénale échouera.

Vous trouverez ci-dessous une liste des médicaments qui peuvent être utilisés après une transplantation rénale. Une combinaison de ces médicaments sera prescrite en fonction des besoins spécifiques de la transplantation.

Médicaments anti-inflammatoires

La prednisone est prise par voie orale ou intraveineuse. La plupart des effets secondaires de la prednisone sont liés aux niveaux de dosage du médicament. La prednisone est utilisée à faible dose pour minimiser les effets secondaires. Les effets secondaires possibles de la prednisone sont :

  • Des changements dans l’apparence physique, comme des bouffissures du visage et une prise de poids.
  • Irritation de la muqueuse de l’estomac.
  • Augmentation du risque d’ecchymoses et diminution de la vitesse de cicatrisation.
  • Augmentation du taux de sucre dans le sang (diabète induit par les stéroïdes).
  • Changements d’humeur inexpliqués. Il peut s’agir de dépression, d’irritabilité ou de moral élevé.
  • Faiblesse musculaire générale ou douleur dans les genoux ou les articulations.
  • Formation de cataractes. Une opacification du cristallin de l’œil se produit rarement lors d’une utilisation à long terme de la prednisone.

Transplantation rénale avec donneur vivant

La transplantation rénale avec donneur vivant est la meilleure option pour de nombreux patients, et ce pour plusieurs raisons.

  • De meilleurs résultats à long terme
  • Il n’est pas nécessaire de s’inscrire sur la liste d’attente pour obtenir un rein d’un donneur décédé.
  • L’intervention chirurgicale peut être planifiée à un moment qui convient à la fois au donneur et au receveur.
  • Risques moindres de complications ou de rejet, et meilleur fonctionnement initial du rein transplanté.

Toute personne en bonne santé peut donner un rein. Lorsqu’une personne vivante donne un rein, le rein restant grossit légèrement car il reprend le travail de deux reins. Les donneurs n’ont pas besoin de médicaments ou de régimes spéciaux une fois qu’ils se sont remis de l’opération. Comme pour toute opération majeure, il existe un risque de complications, mais les donneurs de rein ont la même espérance de vie, le même état de santé général et la même fonction rénale que la plupart des autres personnes. La perte d’un rein ne compromet pas la capacité d’une femme à avoir des enfants.

Obstacles potentiels au don vivant

  • Âge < 18 ans, sauf s’il s’agit d’un mineur émancipé
  • Hypertension incontrôlable
  • Antécédents d’embolie pulmonaire ou de thrombose récurrente
  • Troubles de la coagulation
  • Maladie psychiatrique incontrôlable
  • Obésité morbide
  • Maladie cardiovasculaire incontrôlable
  • Maladie pulmonaire chronique avec altération de l’oxygénation ou de la ventilation
  • Antécédents de mélanome
  • Antécédents de cancer métastatique
  • Néphrolithiase (calculs rénaux) bilatérale ou récurrente
  • Maladie rénale chronique (MRC) de stade 3 ou moins
  • Protéinurie > 300 mg/j, à l’exclusion de la protéinurie posturale.
  • Infection par le VIH

Si une personne passe avec succès une évaluation médicale, chirurgicale et psychosociale complète, elle subira l’ablation d’un rein. La plupart des centres de transplantation aux États-Unis utilisent une technique chirurgicale laparoscopique pour l’ablation du rein. Cette forme de chirurgie, pratiquée sous anesthésie générale, utilise de très petites incisions, une fine lunette munie d’une caméra pour voir l’intérieur du corps, et des instruments en forme de baguette pour retirer le rein. Par rapport à l’opération à grande incision utilisée dans le passé, la chirurgie laparoscopique a grandement amélioré le processus de récupération du donneur de plusieurs façons :

  • Réduction de la nécessité de recourir à des analgésiques puissants
  • Temps de récupération plus court à l’hôpital
  • Retour plus rapide aux activités normales
  • Un taux de complication très faible.

L’opération dure 2 à 3 heures. Le temps de récupération à l’hôpital est généralement de 1 à 3 jours. Les donneurs sont souvent en mesure de reprendre le travail dès 2-3 semaines après l’intervention.

Il est parfois nécessaire de retirer le rein par une incision ouverte dans la région du flanc. Avant l’utilisation de la technique laparoscopique, cette chirurgie était la norme pour le retrait du rein donné. Elle implique une incision de 5 à 7 pouces sur le côté, la division du muscle et l’ablation de la pointe de la douzième côte. L’opération dure généralement 3 heures et la convalescence à l’hôpital dure en moyenne 4 à 5 jours, avec un arrêt de travail de 6 à 8 semaines.

Bien que la laparoscopie soit de plus en plus utilisée au détriment de la chirurgie ouverte, le chirurgien peut de temps en temps choisir de pratiquer une procédure ouverte lorsque des différences anatomiques individuelles chez le donneur suggèrent que ce sera une meilleure approche chirurgicale.

La qualité et la fonction des reins récupérés avec l’une ou l’autre technique fonctionnent aussi bien. Quelle que soit la technique, tous les donneurs devront faire l’objet d’une surveillance à vie de leur état de santé général, de leur tension artérielle et de leur fonction rénale.